Du Lac Léman à la Mer Méditerranée

Devenez les explorateurs du Fleuve Rhône

Passionné par le Rhône, je veux tout connaître de lui et de son environnement.

Je veux surtout connaître ses habitants animaux et végétaux.

 

On m'a dit que les populations (faune et flore) changent selon les villes et les saisons.

J'aimerais faire un inventaire, c'est à dire identifier et compter les espèces d'animaux, de fleurs et d'arbres qui existent autour du Rhône.

 

Mais pour ça j'ai besoin de ton aide ! 

Raconte moi ce que tu as vu et envoie moi tes photos !

J'ai déjà mis quelques dessins et photos pour t'aider dans ta recherche!

 

Clique vite sur ce lien !

Je te montrerai ce que tu peux observer chez toi pendant le mois en cours.

 

 

 

Observer les oiseaux

 

Sais-tu qu’il existe des observatoires à oiseaux dans ton département où tu peux aller tranquillement, équipé de tes jumelles et d’un guide ?

Cela ressemble à des cabanes parfois cachées, qui te permettront de ne pas être visible des oiseaux. C’est pratique, tu pourras avoir tout le temps pour bien les observer se nettoyer les plumes, pêcher pour certains, fabriquer leur nid… sans les déranger.

 

Clique sur ce lien pour trouver les observatoires les plus proches de chez toi :

http://www.oiseau-libre.net/Oiseaux/Observation/Regions/Region-Rhone-Alpes.html#anchor69

 

 

A quel moment observer les oiseaux :

Il est possible d'observer les oiseaux toute l'année.
- Avril et mai sont toutefois les deux mois les plus propices à l'observation des oiseaux migrateurs
- de novembre à février, ce sont plutôt les hivernants que l'on rencontre. En tout cas, les nicheurs sont visibles toute l'année.

Il y a aussi des heures plus favorables que d'autres pour les contempler.
- Avant 10h du matin
- 2 à 4 heures avant le coucher du soleil
Certaines espèces sont observables à d'autres moments de la journée du fait de leurs spécificités comme les oiseaux nocturnes tels que les hiboux, les limicoles (petits échassiers comme les bécasses ou les chevaliers) qui sortent en fonction des marées ou encore les rapaces qui préfèrent les heures chaudes de la journée.

 

Plus tu sera silencieux à l'approche et dans l'abri, plus tes chances d'observer les Oiseaux seront grandes! 

 

Respect des oiseaux : les règles de bonne conduite

Il existe en effet des règles de bonne conduite à tenir sur le terrain, afin d'éviter de déranger, de perturber les oiseaux et leurs milieux conformément à la législation sur la protection des oiseaux.


La protection des oiseaux passe avant tout.
Leur habitat doit être sauvegardé à tout prix.

 

Si vous rencontrez une espèce rare, choisissez avec précaution ceux à qui vous allez en parler.
Ne perturbez jamais un oiseau migrateur d'une espèce rare ou menacée.

 

Respectez les droits des propriétaires terriens surtout que l'autorisation est facilement obtenue.

Respectez les droits des autres dans la nature.
Quittez le site d'observation avec autant de précaution qu'à votre arrivée. Préservez la propreté et le silence.
Prenez soin de la végétation environnante.

 

Observez les nids à bonne distance.
Ne pas toucher ni même photographier un nid.
S'interdire la visite des colonies et éviter désordre et affolement parmi les poussins.

Des espèces en danger

La loutre

Tous les animaux sont bien sûr à respecter, même le ver de terre qui fait un travail très important pour faire respirer la terre!

Certaines espèces sont cependant en danger et sont de ce fait protégées.

La loutre essaie de faire sa réaparition en Haute-Savoie notamment.

Elle est difficile à observer mais certains indices peuvent attester de sa présence :

- Les épreintes : ce sont ses crottes de marquage territorial. Elle les dépose régulièrement (pierre, rocher, sous les ponts, les coulées...)

Elles ont une odeur caractéristique assez agréable d'huile de lin, de miel et de poisson. Elles ont la forme d'une petite masse gluante verdâtre ou noirâtre.

- Les empreintes : les traces de la loutre ne sont pas abondantes et de dimension variable. Elles ont 5 doigts en éventail autour de la voûte palmée, à une hauteur différente. Le pouce est plus bas et décalé. Les griffes ne sont pas toujours visibles.

- Les coulées et les places de ressuie : les coulées sont le lieux d'entrée et de sortie de l'eau. Les places de ressuie sont des zones hors de l'eau où la loutre entretient son pelage en se roulant au sol (souvent accompagnées d'épreintes).

- Les restes de repas : elle consomme ses plus grosses proies hors de l'eau. On peut trouver des restes de poissons  ou de crapauds à la peau retournée (assez caractéristique).

 

Si vous croisez une loutre ou si vous repérez ses traces, n'hésitez pas à en informer votre Fédération de Pêche locale.

épreinte de loutre
épreinte de loutre
empreintes de loutre
empreintes de loutre

L'apron du Rhône en danger

L'apron du Rhône  est un poisson endémique du fleuve et de ses affluents.

Il affectionne les secteurs à galets et graviers des rivières aux eaux claires et bien oxygénées. Il se reconnaît bien par ses trois bandes noires et son "museau" long et arrondi. Vivant sur le fond des cours d'eau, entre les galets, sa couleur lui permet de se fondre dans le décor.

C'est pendant la nuit qu'il est actif et se met en quête des evrs, larves composant son festin.

Il est reconnu au niveau national comme espèce en danger.

Au début du siècle, il occupait encore 2 200 km de cours d'eau. Dans les années 1980, on constate qu'il n'est plus présent que sur 380 km. Aujourd'hui, seulement quelques populations subsistent dans le bassin de l'Ardèche, de la Durance et du Doubs.

Il est exigeant sur la qualité de son milieu de vie. Il constitue donc un excellent indicateur du bon fonctionnement des rivières. La dégradation de son habitat et le blocage de ses déplacements par les aménagements hydrauliques (barrages, seuils...) sont la cause principale de sa raréfaction.

L'apron est stritement protégé. 

Participez à la protection de l'apron, si vous voyez un apron, il faut :

- d'abord vérifier qu'il s'agit bien d'un apron

- prendre une photo si cela est possible

- le remettre à l'eau s'il a été pêché

- ne pas le déranger

- prévenir l'Association de Pêche locale ou la fédération départementale de Pêche ou encore le Conservatoire Rhône-Alpes des Espaces Naturels.

Rejoignez-nous sur notre site :

 

http://science-et-art.com